Ce mercredi 4 novembre 2020, le Maire de Baillargues, Jean-Luc MEISSONNIER,  a été le destinataire d’un courrier envoyé par le secrétaire général de la Préfecture de l’Hérault. Celui-ci informait l’édile de l’illégalité de l’arrêté pris le 2 novembre permettant la réouverture des commerces non alimentaires de proximité. Dans un contexte de crise sanitaire, le représentant de l’État indique que le Maire ne peut aller « à l’encontre des décisions nationales car il ne dispose pas de compétence légale ou réglementaire » pour intervenir contre ces mêmes décisions. J’ai découvert à la lecture de ce courrier que mon pouvoir de police administrative en tant que Maire n’avait plus aucune valeur légale dans un état d’urgence sanitaire. Cette situation est inédite et elle a révélé que l’autorité des maires au travers de ce pouvoir peut être remise en question » déplore le Maire Jean-Luc MEISSONNIER.

Lorsque le Maire de Baillargues prend cet arrêté, d’autres, pris dans plusieurs villes en France, ont été, au même moment, suspendus par les tribunaux administratifs. Aussi, face à cette situation, Jean-Luc MEISSONNIER n’a pas souhaité engager la collectivité dans des dépenses inutiles. « Il s’agit là d’argent public. Aller plaider la nécessité de permettre à notre commerce de proximité de rester ouvert, celui-là même qui a déjà été grandement impacté par le confinement, qui à nouveau se retrouve dans le collimateur des grandes décisions nationales, est malheureusement vain puisque les juges se rangent du côté de l’État et de ses représentants » explique le Maire de Baillargues.

Durant ces 48 heures de réouverture des magasins non alimentaires, ceux-ci ont pu profiter de la bienveillance de la gendarmerie de Castries, ne verbalisant ainsi aucun d’entre eux. Un geste salué par le Maire. Celui-ci rajoute « que ma décision de retirer à regret cet arrêté municipal a également été motivée suite à l’interpellation de plusieurs commerçants sur leurs craintes de ne pas pouvoir percevoir les aides de l’État s’ils maintenaient leurs commerces ouverts, en plus d’être aussi verbalisés. C’est un peu la double peine… Aujourd’hui, j’invite et j’encourage toutes celles et ceux dont leur rideau est baissé à s’organiser pour proposer aux Baillarguois leurs produits. En drive, en click and collect, en livraison. Il existe des solutions qu’il faut exploiter et utiliser ».

Des commerces qui peuvent s’appuyer sur les réseaux de communication de la ville de Baillargues mis à leur disposition pour indiquer leurs modalités d’ouverture.

Plus d’informations en cliquant ICI.